HENRI VERDIER

HENRI VERDIER

HENRI VERDIER

Directeur interministériel du numérique et du système d'information de l'Etat français

Henri Verdier,  Directeur interministériel du numérique et du système d’information de l’Etat français, adjoint à la secrétaire générale pour la modernisation de l’action publique. Il est également administrateur général des données (AGD).

Ancien élève de l’École normale supérieure1, Henri Verdier fut en 1995 le cofondateur et le directeur général de la société Odile Jacob Multimédia, développant notamment avec Georges Charpak un ensemble de supports pédagogiques pour La main à la pâte. En 2007, il rejoint Lagardère Active comme directeur chargé de l’innovation. En 2009, il rejoint l’Institut Télécom comme directeur de la prospective, chargé de la création du think tank « Futur numérique »2 (Fondation-telecom). En 2010, il fonde, avec Jean-Michel Lasry, Pierre-Louis Lions et Olivier Guéant, la société MFG-Labs3, qu’il quitte en 2012, et qui est acquise par Havas Media en mai 20134.

Membre fondateur du pôle de compétitivité Cap Digital, il en exerça la vice-présidence de 2006 à 2008, avant de le présider de 2008 à janvier 2013.

De janvier 2013 à septembre 2015, il dirige Etalab, le service du premier ministre chargé de l’ouverture des données publiques5. Sous sa direction, Etalab a développé une nouvelle version6,7, inaugurée le 18 décembre 2013, du portail d’open data français « data.gouv.fr », qui héberge de nombreuses données publiques. Cette version, qui autorise les citoyens à enrichir les données publiques ou à partager leurs propres données8, a été qualifiée par le blog TechPresident de « première mondiale »9.

Par arrêté du Premier ministre en date du 16 septembre 2014, il est nommé Administrateur Général des Données10,11.

En conseil des ministres du 23 septembre 2015, il est nommé directeur interministériel du numérique et du système d’information et de communication de l’État (DINSIC), adjoint à la secrétaire générale pour la modernisation de l’action publique. Cette nouvelle direction, qui allie les fonctions d’une DSI et une mission de transformation numérique, inclut la mission Etalab.

Henri Verdier est membre du conseil scientifique de l’Institut Mines-Télécom12, ainsi que du comité de prospective de l’ARCEP13, membre du Comité de prospective de la CNIL14 et membre de la Commission innovation 2030.